BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

En cours de révision
le 30/07/2017
Invasion lymphatique - inc

Ce qui fait la gravité du processus cancéreux, c'est le développement de métastases. Ce développement est la conséquence logique de l'invasion locale décrite précédemment : les mêmes mécanismes sont utilisés par les cellules cancéreuses pour envahir les vaisseaux lymphatiques et sanguins et ainsi métastaser à distance.

Invasion lymphatique

Le drainage lymphatique des tissus normaux explique l’envahissement rapide par les cellules tumorales, après l’atteinte de la paroi lymphatique. Les cellules cancéreuses sont emportées par le courant lymphatique vers les sinus corticaux du premier relais ganglionnaire. Lorsque les cellules arrivent au ganglion, on observe souvent un ‘état réactionnel’, sous forme de lymphadénite chronique non spécifique.

Ganglion-1.gif (14955 octets) Lorsque les cellules cancéreuses ont quitté la tumeur initiale, elles sont drainées par un vaisseau lymphatique adjacent [1] jusqu’au ganglion satellite.
A ce niveau, plusieurs solutions sont possibles :
En [2], les cellules cancéreuses provoquent une réaction lymphoïde et sont détruites.
En [3], elles restent présentes dans le ganglion sans signe évident de réaction lymphatique.
Parfois, [4), elles traversent le ganglion satellite sans entraîner aucune réaction.
Ganglion-2.gif (38224 octets) En [5], au contraire, elles peuvent s’y multiplier et envahir complètement le ganglion, donnant un aspect typiquement néoplasique (dur, indolore, avec en cas de dépassement des limites ganglionnaires fixation au tissu voisin [6]). Les cellules migrent ensuite vers le ganglion sus-jacent, parfois sous forme de lymphangite carcinomateuse dans le sens du courant [7] ou à contre courant [8]. L’importance de l’atteinte ganglionnaire explique la stase lymphatique sous-jacente.

Au niveau du ganglion, les cellules cancéreuses

  • peuvent y être détruites,
  • peuvent se fixer en restant quiescentes,
  • se fixer dans le ganglion, s’y multiplier pour donner une métastase ganglionnaire palpable, et éventuellement entraîner une stase sous-jacente importante de la lymphe,
  • traverser le ganglion, et gagner les relais ganglionnaires suivants, soit dans le sens normal du courant, soit à contre-courant, en cas de stase lymphatique.
  • infiltrer tout le trajet des vaisseaux lymphatiques (lymphangite carcinomateuse).

La présence d’emboles lymphatiques dans les pièces d’exérèse chirurgicale, et à plus forte raison, la présence de ganglions envahis sont des signes d’agressivité de la tumeur. Elle rend le pronostic plus péjoratif et incite souvent à la prescription d’un traitement adjuvant (radiothérapie ou chimiothérapie).

Compteur français