BareCote
Lien RSS

Contact

Ce site respecte les principes de la charte HONcode
en collaboration avec la HAS
(loi 2004-810 du 13/8/2004)

En cours de révision
le 30/07/2017
include hg02

Le cancer, de par l'importance du nombre de personnes qu'il atteint, constitue un problème majeur de santé publique. Il semble être du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres pluricellulaires. Tous les êtres pluricellulaires (végétaux ou animaux) ont la possibilité d'avoir une sorte de cancer.

Le corps humain est constitué d'une multitude de cellules hiérarchisées, issues de la première cellule embryonnaire. De multiples divisions cellulaires et des différenciations spécifiques ont permis la constitution des divers organes aux fonctions variées mais bien définies. Continuellement, un certain nombre de cellules disparaissent et sont remplacées par de nouvelles cellules.

Ainsi, chaque année, un homme synthétise de 200 à 300 kg de cellules sanguines nécessaires pour maintenir l'homéostasie. Un dérèglement minime peut donc entraîner rapidement soit une prolifération excessive soit au contraire une déplétion cellulaire.

Le mécanisme de cicatrisation représente un bon exemple des mécanismes de multiplication cellulaire permanents et de leur contrôle. Un schéma vous est fourni sur le lien suivant : exemple de la cicatrisation.

On peut distinguer, schématiquement, trois étapes dans la genèse d’un cancer, dont les deux premières sont connues uniquement par les modèles expérimentaux et l’étude de l’épidémiologie des tumeurs humaines :

  • l’initiation correspond à une lésion rapide et irréversible du DNA après exposition à un carcinogène (physique, chimique, viral, etc.),
  • la promotion correspond à une exposition prolongée, répétée ou continue, à une substance qui entretient et stabilise la lésion initiée,
  • la progression correspond à l’acquisition des propriétés de multiplication non contrôlée, l’acquisition de l’indépendance, la perte de la différenciation, l’invasion locale et métastatique.
Etapes multiples oncogénèse.gif (11549 octets)
Schéma des premières étapes de la cancérisation

La prévention de l’initiation vient de la protection vis-à-vis des agents carcinogènes initiateurs (tabac, benzol, produits chimiques variés, rayonnements, etc.). Elle découle des connaissances acquises grâce aux études épidémiologiques et aux études expérimentales chez l’animal.

La prévention de la promotion relève des mêmes mécanismes de protection (tabac, alcool, virus, processus d’irritations locales, etc.). Elle découle, elle aussi, des connaissances expérimentales et épidémiologiques. La connaissance de maladies favorisant le développement de cancers (infections génitales, par exemple) peut permettre aussi une prévention.

La prévention de la progression relève aussi des mécanismes de protection décrits ci-dessus, mais aussi d'une politique de dépistage des tumeurs à leur stade initial quand cela est possible.

Réparation de l'ADN : BER, NER

Compteur français